Niaön, Terres de Légendes
Oyé invité !

As-tu déjà entendu parler de Nïaön ? Rares sont les personnes qui connaissent son existence. Les Histoires de Nïaön furent considérées comme une hérésie par l'Église et ils brûlèrent les livres qui les racontaient. Certaines familles ont soit gardé le livre et l'ont caché et d'autres se transmettent ces histoires par la parole.
Je fais partie des dernières personnes qui les connaissent. Aujourd'hui, j'ai décidé de vous les raconter. Suivez-moi et vous saurez ce qui s'est passé sur la planète que nous appelons Mars et qui avant la vie sur Terre, grouillait de vie ...

S. VA.
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bienvenue dans l'un des Pays du Monde qui se nomme Nïaön.
 

Partagez | 
 

 Dinrëth Kheräm | Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Dinrëth Kheräm | Terminée   Dim 10 Oct - 11:33

Kheräm
Dinrëth
IDENTITE
_

    Nom du personnage : Kheräm Dinrëth
    Surnom: Le Sage
    Race : Demi-Elfe, Magicien
    Age : 4862 ans (né au Moyen-Age)
    Royaume et ville: Merilÿn, ville inconnue
    Localisation actuelle: la Tour de Garde ou Gheldrïn
    Préférence sexuelle : Une question qui n'est plus d'actualité vu son grand âge
    Rang : Sage
    Situation sociale : Tout est dit par le rang.
    Équipement : Il ne possède pas grand chose, n'en voyant pas l'utilité, vu son devoir. Cependant, vous le verrez toujours avec une espèce de grand bâton surmonté d'une boule. Pierre précieuse? Leurre? Décoration? Comment le savoir. Il ne vous le dira jamais. Mais soyons un peu plus précis quant à cet objet. C'est quelque chose de magique, pouvant être utilisé par ses propres moyens. Il ne s'en sert que rarement car cela demande beaucoup d'énergie et lui permet de concentrer sa magie en un point spécial. Vous le verrez en pleine utilisation de ce bâton seulement quand il devra se défendre face à des adversaires pouvant le tuer. En dehors d'eux, un petit tour de magie basique peut amplement suffire.


PERSONNAGE

_
    Caractère :
    Dinrëth est avant tout le sage. Une personne occupant ce poste est forcément d'un caractère gentil, ce point se caractérise par le souhait de faire le bien pour les races de cette terre sur laquelle nous vivons tous. On pourrait presque le prendre pour un papi gâteaux, gardant un oeil sur les êtres vivants, à l'affut du moindre conflit pouvant survenir. Mais ce n'est pas tout de savoir cela sur sa petite personne. Pour le comprendre, il faudrait nous émerger plus profondément dans sa psychologie, sa façon de penser est unique et c'est en cela que le personnage est intéressant et que sa fonction se trouve être si importante.

    Il est utile de savoir avant toute chose que Dinrëth est un vieil homme, mi-homme, mi-elfe pour être plus exacte. Ce temps passé sur la terre lui a permis de contrôler ses émotions, les avoir dans une poigne de fer et en aucun cas il ne se laissera pas déstabiliser ou entrera dans une rage telle qu'il perdra son statut de Sage. Il reste calme à toute épreuve. Venez lui annoncer que tel peuple a conçu une alliance avec tel autre peuple et qu'à deux ils décident de faire la guerre pour x raisons contre x peuple, vous le verrez calme, réfléchissant à une manière de venir à bout de ce conflit. Tout ce qu'il ressentira face à cet acte sera caché au plus profond de lui jusqu'à ce qu'il se retrouve seul et puisse enfin se relâcher et permettre à ses sentiments de se montrer sous toutes leurs formes possibles. Évitant bien entendu de tout briser sur son passage ou de tuer, chose qui serait impardonnable pour lui.

    Bien entendu, c'est quelqu'un de sage, sinon que ferait-il à un tel rang. Mais savez vous seulement ce que signifie sage … ? Notre cher ami est considéré comme sage, puisqu'il est raisonnable et vivra de façon à ne pas prendre de décision hâtive sur n'importe quel sujet qu'il soit important ou non. Il réfléchira toujours avant aux différentes solutions et fera en sorte d'avoir les avis des personnes les plus proches de lui. Il ne les laissera pas l'influencer mais par là, il saura les positions de chacun, ce qui lui permettra à la fois de savoir ce qui seront contre lui et ceux avec lui et de savoir ce qui sera le mieux pour la société dans laquelle ils vivent tous. Vous pourrez toujours trouver des définitions légèrement différentes, c'est un mot qui a un sens selon chaque façon de penser des personnes, mais c'est celle qui s'applique le mieux à Dinrëth, et ne serait-ce pas son caractère et sa psychologie qui nous intéresse avant tout?

    Une personne sage est aussi une personne réfléchie, du moins dans le cas de Dinrëth. De même qu'il est une personne prudente. Mettre sage et imprudent dans la même personne serait quelque chose de contradictoire et de toute façon les deux termes sont antithétiques. C'est une personne réfléchie car il n'agira jamais avant d'avoir pu trouver une majorité de conséquences si pas toutes les conséquences possibles à ses actes à venir. La moindre parole, le moindre geste, tout est passé au crible avant de venir de lui. Et enfin il est prudent car il fera en sorte que les conséquences de ses faits et gestes ne mettent jamais quelqu'un en colère face à lui. L'instinct de survie avant tout. Il veut le bien pour tous mais pour le faire, il faut qu'il reste vivant donc il tournera ses phrases de manière à ne jamais blesser quelqu'un, allant même jusqu'à détourner légèrement la vérité ou à en cacher certaines parties pour plaire plus ou moins aux autres personnes. Il ne mentira jamais entièrement, mais ce qu'il fait pourrait y ressembler. Il ne faudra pas non plus oublier que si il agit ainsi c'est pour le bien et non pas pour son petit plaisir personnel. Il est loin d'être quelqu'un appréciant le mensonge mais la fin ne justifie telle pas tous les moyens? Pour un peu que ces moyens ne soient pas extrêmes.

    C'est avec cette façon de faire que nous pouvons savoir plus précisément, jusqu'à quel point il serait capable d'aller pour pouvoir défendre ses idéaux. Idéaux, un terme bien sombre quand on sait ce qu'il peut cacher, mais qui dans le cas de notre magicien est tout simplement un mot avec une définition objective et rien d'autre. Oui, car les idéaux peuplant les pensées de Dinrëth existent seulement puisque c'est grâce à cela qu'il mène à bien ses projets, projets faits pour le bien de leur société à tous. On peut voir au fond de cela, une habitude certaine, celle d'une loyauté sans faille pour le bien. Vous allez dire, des paroles, que des paroles et aucunes preuves et cela est vrai. Ce ne sont que des mots alignés pour former des phrases, mais comment pouvez vous alors définir ce côté perfectionniste qu'il possède quand il pense à la réalisation d'un projet? Comment pouvez-vous prouver qu'il n'est pas vraiment loyal à ses idées de bien quand il n'abandonne jamais ce qu'il a entamé, quand il enchaîne projets sur projets, quand il le peut, au point de finir par se tuer à la tache? Tous ses actes montrent clairement son point de vue et ses idées. Chaque parole, mouvement est quelque chose de plus qui vous affirme ce qu'il pense être bien et ce qu'il juge être mal.

    Mais à part montrer qu'il est vraiment sérieux dans son travail, sa loyauté ne va pas beaucoup plus loin. Rien ne va vraiment beaucoup plus de toute manière. Nous ne voyons que des points de son caractère, des passages éparses sans réels liens entre eux. Et nous pouvons continuer comme ça encore longtemps. On pourrait voir une liste de mots tout simplement, des mots qui décriraient ce que nous avons vu précédemment, mais aussi des mots tels que stratège, et oui, tout sage est stratège pour pouvoir mettre en place des choses diverses et variées et rester en vie; mais encore une grande intelligence et une modestie tout aussi développé, car il est toujours utile de savoir utiliser son cerveau, mais l'utiliser à bons escient sans jamais montrer aux autres que nous sommes plus doués est la clé de la réussite dans son 'métier' actuel, celui de sage; sans oublier avare, et oui comme toute personne, il a des points faibles, le sien est l'argent. Pas n'importe quel argent, juste le sien. On ne peut toucher au sien propre, celui qu'il gagne et garde caché, mais celui dédié aux peuples est bien utilisé, pour ces peuples et non pour ses propres fonds personnels.

    Mais je vais devoir m'arrêter là. Enfin, je peux tout de même vous conseiller une chose, c'est de suivre son évolution parmi vous. Car un homme, même avec 4862 ans dans les pattes, reste quelque chose qui évolue avec le temps et l'expérience. Vous ne pouvez donc vous fier entièrement à ce petit descriptif ...

    Physique :
    Kheräm Dinrëth, que dire sur son physique. Il suffit de le regarder pour tout savoir ou presque. Presque car comme toute personne ayant été éduqué, il a appris à porter des vêtements, pour le plus grand malheur de tous, enfin je veux dire bonheur, cela vous évite de faire des cauchemars la nuit tombée. Mais nous n'en resterons pas là, non … Il vous faut des détails croustillants, de quoi vous en faire une image mentale sans avoir besoin de le croiser pour savoir à quoi il ressemble. Des secrets sur une partie de son corps que vous ne pouvez voir. Des rides, des déformations, des brûlures, des cicatrices, tatouages au fer blanc peut-être, tout vous serez tout de lui. Maintenant, c'est à vos risques et périls, allez vous oser lire ce qu'il suit ou abstiendrez vous de voir si pouvez survivre à cette horreur à venir … ? Nous commencerons doucement, histoire de vous mettre petit à petit dans le bain, éviter de trop en dire d'un coup, de cette façon vous garderez peut-être l'estomac en place. Donc justement commençons :

    Dinrëth est comme vous devez le savoir un vieux personnage. Nous ne vivons pas 4862 ans sans en subir les conséquences physiques, enfin quand nous sommes mi-elfe, mi-humain, concernant les autres races, je ne peux affirmer cela. Comme toute personne âgée d'un certain âge, ses cheveux se sont décolorés pour donner cette belle couleur blanche. Il faut savoir aussi qu'il apprécie énormément sa barbe, c'est pour cela qu'il l'a laissée pousser. Sa barbe comme ses cheveux ont atteint une longueur considérable, le milieu du dos pour ses cheveux et le dessous du sternum pour sa barbe. Il en prend grand soin, il brosse les deux et s'en occupe comme de son propre fils. Il faut comprendre qu'il n'a pas passé x années à tout laisser pousser pour que finalement cela se fasse rétrécir d'un coup et d'un seul. Non, non, ce n'est pas dans ses intentions pour les années à venir. Si il arrive à rester en vie, cela va s'en dire. Concernant la manière dont il les coiffe, cela varie des jours. Souvent ses cheveux sont attachés en queue basse et lâche, pour sa barbe, soit il n'y a rien soit il met un petit élastique vers le milieu de celle-ci pour l'empêcher de le gêner lors de long travaux. Dans tout cela, j'ai oublié de vous parler de sa moustache. Honte à moi. Comme le reste de sa pilosité faciale, il l'a laissée pousser, il taille les bords au-dessus de ses lèvres mais ne fait rien de plus concernant cela.

    Mais il n'y a pas que sa pilosité qui peut être intéressante, ses yeux, son nez, sa bouche, ses rides, son front, tout son visage peut finir par être des plus intéressants.
    Son front tout d'abord, pas grand chose à dire sur le sujet, il n'est pas vraiment dégarni, juste couvert de rides, qui ressortent encore plus quand il montre ses sentiments via ses expressions faciales. Sinon que dire à part sa légère teinte dorée, montrant qu'il a passé des journées au soleil mais qu'il ne s'exposait pas pour bronzer?
    Ses sourcils ont eux gardé leur couleur naturelle, un blond foncé ou un châtain clair. La couleur dépend de la personne qui le regard, de l'intensité du soleil et de l'inclination de celui-ci. Ils sont fins, mais on peut clairement voir qu'il ne s'en est jamais vraiment préoccupé.
    Ceux-là donnent sur deux yeux d'un bleu très clair. Un bleu azurin, très peu vu. C'est un bleu tellement clair qu'à certains moments, on pourrait le dire gris bleuté. Bien entendu ces moments n'existent qu'avec le soleil à certaines heures de la journée. En hiver, le bleu de ses yeux ressort à cause, ou grâce à la neige. Ce sont des yeux qui quand il est en colère, semblent glaciaux, à d'autres moments peuvent sembler vous transpercer l'âme, mais ce ne sont que des yeux, qui lui servent à voir tout simplement.
    À la suite des yeux, vous avez soit les pommettes, soit le nez. Il n'y a pas grand chose à dire sur ses pommettes, juste qu'elles sont bien visibles, presque saillantes, mais l'effet visuel est renforcé par la barbe qui fait suite. Le nez quant à lui est gros. Il part d'entre les yeux, il semble plutôt fin. Jusqu'au bout du nez, il semble fin, ce ne sont que les narines qui s'élargissent et le rendent plus large.
    La bouche est constituée de deux paires de lèvres fines. N'hésitant pas à sourire pour montrer une dentition parfaite et blanche, ou alors à se resserrer, faisant comprendre par leur finesse accentuée, que Monsieur n'est vraiment pas content.
    Vous vous en serez douté, le menton et les joues sont ravagés par sa barbe. Il est donc impossible de vous dire quoique ce soit dessus.

    Nous venons de finir le visage. Jusque là vous avez tenu le coup? Oui, c'est normal, c'était le plus soft après tout. Mais bon je dois vous avouer quelque chose ... la suite n'est pas vraiment horrible, et non, il n'a pas non plus vécu un enfer toute sa vie, il ne faut pas croire. Certes il a été blessé, a reçu des coups et autres joyeusetés, mais ce n'est pas un martyr, et il est loin d'en être un. Donc oui, il a quelques cicatrices pour différentes raisons, raisons que vous verrez au fur et à mesure, aussi bien pour son physique que pour l'histoire, mais en aucun cas il n'est défiguré. Mauvais terme pour le corps mais que voulez-vous, c'est le meilleur pour l'instant. Comme pour sa tête, nous partirons du haut vers le bas. Tout cela pour bien entendu ne pas rater certains détails qui auraient pu s'échapper de ma petite tête si je vous avais donné une description qui partait dans tous les sens.

    Tout d'abord, son cou. Partie de son corps très peu visible dû à ses longs cheveux, sa barbe, mais aussi ses vêtements. Il n'y a pas grand-chose à dire dessus, il est constitué comme tous les cous des êtres humains, des elfes, ou de n'importe quelle autre race avec le même cou. Bien proportionné à sa tête et le reste de son corps, le regard n'est pas vraiment attiré par cet endroit de son anatomie. Si jamais il vient à attacher et ses cheveux et sa barbe, vous pouvez apercevoir une fine trace plus claire. Cette ligne est en fait une simple cicatrice qu'il a reçu à la suite d'un attentat. Une tentative de meurtre sur sa personne qui a mal tournée, aussi bien pour lui que pour l'assassin. Nous tairons sa race, car cela n'est pas le plus important. Il faut juste savoir qu'après avoir reçu le coup de couteau au niveau de la gorge, il resta assez de force à Dinrëth pour envoyer le pauvre malheureux sur le mur le plus proche. Cela lui a valu la mort, alors que Dinrëth était en train de se soigner. La première de ses cicatrices. Première a être dite, mais non pas la première chronologiquement parlant.
    Ensuite viennent ses épaules. Deux épaules qui dans le temps étaient larges et bien musclées, mais qui avec le temps se sont affinées. On ne peut y voir que des os, encore un peu de muscle bien entendu, mais plus tellement. À la suite de celles-ci, nous trouvons les bras et le torse. Le torse se divisant avec la poitrine d'un côté et le dos de l'autre.
    Pour les bras, ils sont à l'image de ses épaules. Fins sans plus tellement de muscles. Juste le strict minimum dont il a besoin pour se défendre et faire ses activités de tous les jours. Il n'y a rien d'autre à dire sur ses bras, mais un passage un peu plus long concernant ses mains. Celles-ci sont grandes avec de longs et fins doigts. Cependant, ce n'est pas leur taille et leur finesse qui attire le regard, non, c'est leur couleur et leur état. Malheureusement pour notre cher Dinrëth, ses premières vraies cicatrices ont été faites sur ses mains. Alors qu'il était tout jeune, même pas trois ans encore, il vivait avec sa soeur pendant que leur mère était au travail. La curiosité certainement a poussé, le jeune garçon à sortir après avoir déjoué la vigilance de sa soeur qui n'était pas beaucoup plus vieille que lui. Une fois dans la rue, il est tombé, n'ayant pas un équilibre à toute épreuve, surtout à son âge. Une fois au sol, un grand homme n'a rien trouvé de mieux à faire que de lui marcher sur les mains, par mégarde, ou conscient de son acte? Personne ne le sait, mais ce qui suivi fut certainement pire. Je vous passe les détails que vous verrez dans son histoire, mais à la suite des cris du garçon, l'homme a décidé de lui nettoyer les mains, dans de l'eau, mais de l'eau trop chaude pour la peau humaine. Il a donc fini avec la peau des mains brulée. C'est pour cela qu'aujourd'hui, ses mains semblent si repoussante, elles ont longtemps été très sensibles, mais avec le temps, on s'habitue à tout et notre Sage s'est habitué à cette sensibilité.
    Revenons aux épaules pour cette fois-ci descendre sur sa poitrine et son ventre. Il reste des marques de sa musculature passée, même si sa peau montre son âge avancé avec toutes ses rides et le relâchement certain de celle-ci sur ses os et ses muscles restant. Quelques petites marques affirmant ses combats. Combats pour le bien, pour sa défense surtout, ou pour la sauvegarde d'un peuple. Surtout pour son entrainement. Étant Sage, tout le monde sait que Dinrëth n'est pas une personne qui ira au combat facilement, essayant par tous les moyens possibles de l'éviter. Mais pour devenir magicien, il faut s'entrainer et s'entrainer avec des personnes plus douées que soit laisse toujours des marques. Surtout quand il s'agit de magie. Quelques brûlures légères, des cicatrices à cause de griffures ou de trous, le tout toujours soigné, mais la magie laisse une trace, trace qu'il possède sur son corps. Que dire de plus, il a un ventre plat avec la peau un peu distendue. Sans une once de graisse qui aurait dû être présent à cause de son régime assez spécial. C'est qu'il lui faut sa dose de sucre sinon ses journées ne se passent pas bien.
    Après le ventre vient le dos, pour enfin en finir avec son torse et pouvoir passer au reste de son anatomie. Une colonne vertébrale qui ressort assez fortement, des côtes visibles sous la peau, des marques de coup venant de ses entrainement passés ou des jeunes avec qui il avait cours. La peau tout aussi lâche que sur le reste de son corps, les restes de ses muscles, tout est comme le reste de son corps. Rien ne change vraiment. Comme je vous l'avait dis, ce n'est pas un garçon qui a vécu l'enfer et qui s'est fait taper dessus à longueur de journée, non. Il n'est pas vraiment à plaindre dans son histoire personnelle et sur son physique de nos jours. Il est fier d'avoir encore la forme certains jours, mais au moins de pouvoir tenir debout tous les jours et continuer d'assumer ses activités de Sage.

    Je ne passerai que très rapidement sur ses jambes et ses pieds. Rien ne peut vraiment attirer le regard dessus, tout est toujours caché sous ses vêtements et même si cela ne l'était pas, personne n'y ferait vraiment attention. Des jambes des plus basiques, une pilosité tout à fait acceptable pour quelqu'un de son âge. Des genoux montrant cependant leur faiblesse, il commence doucement à ressentir les effets de l'âge sur ses articulations, mais seulement quand il reste trop longtemps assis et qu'il décide ensuite de se lever. Des pieds grecs, mais à part cela rien de bien intéressant si ce n'est la peau dure du dessous des pieds. Peau dure et d'une couleur plus foncée. Cela c'est parce qu'il marchait plus souvent pieds nus qu'avec des sandales et la peau de ses pieds a subi un changement au fur et à mesure. Je suppose que concernant cette partie, vous serez d'accord avec moi, il n'y a pas grand-chose à ajouter.

    Nous passerons donc à son style vestimentaire. Un grand chapeau vient lui couvrir la tête dès qu'il est dehors. Chapeau qu'il retire une fois qu'il entre dans une demeure. Pour rien au monde, il ne voudrait manquer de respect, donc même chez lui, il retire son chapeau avant d'y mettre les pieds. Toujours de longues robes noires s'ouvrant sur le devant par une suite de petits boutons. Il les laisse toujours fermés, seuls ceux du haut sont ouverts quand il fait trop chaud. En dessous de ce vêtement, il porte un haut léger de couleur foncée, et un pantalon de la même couleur. Pas qu'il ait une préférence pour ce genre de couleur, mais il a toujours trouvé que pour un Sage, c'était mieux de porter des choses foncées ou alors quelque chose de très clair comme le blanc, le bleu pâle ou le vert pâle. Les autres couleurs, il les évite tout simplement. Quand il doit rester chez lui et qu'il ne rencontrera personne, il s'habille tout simplement d'une longue robe fine avec des sous-vêtement, ou d'un pantalon et d'un haut. Mais il évite les robes qu'il porte quand il sort. Pourquoi une robe? C'est une question qu'il ne s'est jamais posé, et à laquelle il n'aura jamais de réponse.


BIOGRAPHIE

_
    Histoire :
    Mon intervention, donc avec de la première personne.
    Écriture de rp, le truc le plus basique. Texte à la troisième personne ^^

    Chapitre Un : Toute vie demande un commencement …

    Le commencement de toute personne se fait par la naissance. La naissance d'un nouvel être. Il existe une vie intra-utérine mais je ne vois pas pourquoi je vous parlerais de ce passage qui est loin d'être intéressant, le fait de grandir petit à petit en entendant les bruits de sa mère, en réagissant en fonction de ses humeurs, arrivé un certain stade, ..., en quoi cela vous intéresse vous qui êtes là pour tout savoir de ça vie une fois qu'il a commencé à respirer à l'air libre? Enfin, je vous dis que je ne vous en parlerai pas, mais je vous ai quand même dit certains points que nous retrouvons chez tout être humain, enfin humain, elfique et bien d'autres races existent aussi. Mais ne nous éloignons pas, je vous propose tout simplement de lire son histoire, l'histoire de Dinrëth Kheräm.

    La première chose qu'il fit une fois qu'il fut hors de sa mère et qu'on lui eut nettoyé rapidement son visage, fut d'inspirer. Une grande goulée d'air entra dans ses poumons, la première annonçant son arrivé sur cette terre. Comme tout nouveau nez, ce brusque changement dans son organisme ne lui plaisait pas du tout, quelque chose venant gonfler sa petite poitrine et lui bruler tout l'intérieur de la gorge jusqu'au torse, non, non, non, c'était loin d'être agréable. C'est pour cela qu'il se mit à pleurer, et encore c'est un euphémisme, il se mit à hurler à plein poumon, voulant retourner au chaud, là où il se trouvait précédemment, là où il faisait sombre et on vivre, ou tout ce qu'il entendait était des voix qu'il avait appris à reconnaître avec le temps. puis il n'y avait que ce changement d'air qui venait le déranger, il avait soudainement eut froid. On avait beau le recouvrir le sécher, même le mettre dans un liquide un peu bizarre, qui était de l'eau, il n'aimait pas ce froid. Puis il ne se sentait pas aussi entouré qu'avant, il n'était pas assez étreint, comme dans le ventre de sa mère, leur serviette bien que fermement serrée était loin d'atteindre ce qu'il ressentait au fond de l'utérus de sa maman. C'était plus agréable là-bas, pourquoi avait-il du sortir?
    Enfin il arrive toujours un moment où on se fatigue de trop pleurer et crier, et c'est à ce moment que ses yeux se fermèrent et qu'il ne fit plus attention à rien à part se laisser porter par les bras de Morphée, c'était le moment le plus magnifique. Tomber dans cette paisible obscurité jusqu'à ce que des images magnifiques viennent peupler son monde. Il serait bien resté une éternité là-bas, si seulement son estomac n'avait pas eu la bonne idée de lui montrer qu'il était vivant lui aussi et qu'un peu de nourriture ne lui ferait pas de mal. Satané estomac et organisme! Il se réveilla et pleura, seule chose qu'il savait faire pour se faire comprendre, puis de toute façon ça fait mal d'avoir faim. Son estomac qui se tord dans tous les sens réclamant son du. C'est horrible pour un nourrisson. Il pleura tellement que sa maman le sortit de l'endroit où il se trouvait pour lui mettre quelque chose de doux et de chaud dans la bouche. Quelque chose qu'il téta et par laquelle sortit du lait. C'était délicieux et ça le fatiguait tellement. Il ferait bien une petite sieste après son premier repas. Juste fermer les yeux quelques instants pour les reposer un peu parce que ses paupières semblaient tellement lourdes. Il les ferma et retourna dans son monde imaginaire très rapidement. Le dodo, tellement de chose à dire dessus et si peu de mot dans l'esprit du jeune bébé. Le moment qu'il adoré le plus, avec aussi la nourriture. Les deux chose qu'il préférait, mais en même temps, ce n'était pas difficile de préférer cela puisque c'était les deux seules choses qu'il faisait de toutes ses journées, quand il était réveillé bien entendu. À l'exception prête d'un drôle d'exercice pendant lequel on l'avait maintenu dessous les bras et on l'avait posé sur une table. À peine ses pieds touchèrent le sol, qu'il voulu les faire bouger, mais bon, un peu trop jeune pour réussir à faire un vrai geste, comme il le voulait.
    Son temps dans ce drôle d'endroit se stoppa là. Après quelques jours qui passèrent vraiment rapidement, il vit la lumière du jour de dehors, car sa maman le ramenait à son nouveau chez lui. Sa vie pouvait ainsi vraiment commencer.

    Chapitre Deux : Les premières années …

    Les jours passèrent laissant place aux semaines puis aux mois. Doucement les saisons défilèrent sous les yeux du jeune Dinrëth, amenant avec elles les changements biologiques que chaque personne subit avec l'âge. C'est de cette manière que le jeune enfant se vit grandir jusqu'à l'âge de deux ans, ou de vingt-quatre mois pour être plus précis, sans avoir de réel problème. Il apprenait ce que tout enfant de son âge apprend : soit marcher, parler, être propre (aussi bien du point de vue de la nourriture que des besoins plus scatologiques). Il grandit entouré de sa mère et de sa grande soeur, les deux l'aimaient, elles le montraient en tout cas. Il ne voyait pas de problème à cette si petite famille. Après tout il n'était pas encore sorti de chez lui car sa mère travaillait et était très peu à la maison et puis sa soeur était trop jeune pour le sortir faire une balade. Dans sa petite tête de bébé, il ne se posait ps vraiment de question à part les besoins les plus primaires, il ne pensait pas à grand-chose. De ce fait il ne savait pas ce qu'était qu'un père, ne pouvait non plus savoir pourquoi il n'en avait pas puisqu'il ne connaissait même pas ce mot, il ne cherchait pas à comprendre pourquoi sa maman était toujours dehors et quand elle rentrait, de ce qui était en fait son travail, elle était toujours en train de se laver ou de dormir, ne s'occupant plus que très peu de lui. Il avait bien eu l'idée une fois de suivre sa maman, mais son équilibre était plus que précaire, et il n'arrivait pas à atteindre la porte avant que celle-ci ne se referme. C'est ainsi qu'il atteint ses deux ans, voyant sa maman quand elle rentrait du travail, la voir mais ne lui faire que très rarement des câlins, puis passer ses journées avec sa grande soeur sans pouvoir rien faire d'autre que jouer avec les quelques choses qui traînaillaient ici et là.

    Il atteint ses deux ans, à deux ans un enfant sait marcher, plus ou moins bien certes, mais il a assez d'équilibre pour pouvoir parcourir une certaine distance à une allure plus ou moins soutenue pour sa petite taille. C'est comme cela qu'un jour en voyant sa maman sortir, il eut l'idée de la suivre, passant sa soeur qui ne l'avait pas vu, il se dirigea vers la porte qui était mal fermée et à grand renfort de son poids, il réussit à la pousser et à se retrouver dehors, dans la rue. Un endroit qui lui semblait immense avec plein de personnes bizarres qui marchaient dans tous les sens. Il vit sa maman un peu plus loin et il se dirigea vers elle, mais à vingt-quatre mois, se retrouver au beau milieu d'une foule d'adulte avec un équilibre douteux ne lui valu rien de bon. Il se fit bousculer par ce qui devait être un homme, mais lui ne savait pas ce qu'il était. Il ne ressemblait ni à sa maman ni à sa soeur. Il était plus grand avec des cheveux bruns, il était tout carré avec des gros bras et une tête à faire peur. En rajoutant le fait de se retrouver le derrière sur le sol avec un visage qui faisait peur devant lui, le petit Dinrëth se mit à hurler à plein poumon. Il hurlait tellement que plusieurs personnes se retournaient pour voir ce qu'il se passait. L'homme remit Dinrëth sur ses deux pieds mais celui-ci se laissa tomber au sol et cria après sa maman. Ce qu'il se passa ensuite dans la tête de l'homme, personne ne le sut, mais on pouvait être sûr d'une chose, il n'était pas tout à fait normal mentalement. L'homme se releva et posa son pied sur la main du petit garçon, était-ce fait exprès ou non? Dinrëth ne pouvait le savoir et ne pensait pas encore au mal que le monde extérieur portait en son sein. Pour lui la vie se résumait à l'amour de sa petite famille et c'était tout, alors se faire marcher sur la main et avoir mal, il ne connaissait pas. Il continua de pleurer, encore plus après cet incident. Comme vous pouvez vous en douter, se faire marcher dessus n'est pas vraiment agréable. L'homme tira une tête encore plus épouvantable qu'avant faisant encore plus peur au petit garçon, puis il était tout rouge aussi, c'était bizarre, ça faisait peur, ce n'était pas normal. Dinrëth se fit soulever du sol et emmener un peu plus loin du centre de la rue, vers le mur de sa maison, ou plus exactement, le mur de la maison voisine. Il se fit asseoir sur le sol dehors et vit l'homme disparaître avant de réapparaitre avec un seau d'où sortait de la fumée. L'homme lui expliqua doucement que c'était pour nettoyer sa main, il se laissa faire parce que le monsieur avait retrouvé une voix douce et aimante, enfin aussi aimante qu'elle pouvait l'être sur un être aussi grand et gros et musclé. Dinrëth pleurait alors en silence et se laissa prendre ses deux petites mains toute douce. Ce qu'il se passa ensuite fut simple, l'homme entra les deux mains du petit bonhomme dans l'eau, ensuite Dinrëth se mit à hurler comme jamais, prêt à s'arracher les cordes vocales tellement il avait mal. Une femme fit son apparition et mit sa main sur le visage de l'homme avec une force que peu de personnes soupçonnent. Il récupéra son bébé et rentra rapidement chez elle pour s'occuper de lui. Son petit bébé venait tout simplement de se faire bruler les mains à cause d'une eau beaucoup trop chaude. Brulure qui le marquerait à vie.

    Après cet incident, Dinrëth ne put plus sortir de chez lui, sa soeur était toujours à ses côtés sauf quand elle devait aller faire les courses parce que leur mère était occupée. On pouvait dire que la vie avait repris son cours normal et que rien ne s'était passé, en dehors des bandes qui recouvraient encore les mains du petit. Pendant un an entier, il n'avait pas le choix et devait rester chez lui. Il voyait sa maman aller de moins en moins bien, sa soeur était de plus en plus pâle et elle commençait à tousser. Lui ne comprenait rien, mais il était triste et souvent il pleurait dans les bras de sa maman quand elle rentrait. C'est à trois ans et demi que tout changea. Sa mère ne sortait plus de chez eux, elle restait au chevet de sa fille pendant que Dinrëth était loin de sa soeur et n'avait pas le droit de s'approcher d'elle. Un soir, il vit sa maman se rapprocher de lui pour le serrer dans ses bras et pleurer toutes les larmes de son corps. Derrière elle, sa soeur était couchée sur son lit, aussi blanche que le drap qui la recouvrait, elle ne bougeait plus du tout, il ne voyait même pas le drap se lever comme quand elle respirait. Il apprit qu'elle ne viendrait plus jamais le voir, qu'elle ne lui parlerait plus jamais, qu'elle ne serait plus jamais là. Elle serait au ciel et elle veillerait sur lui. C'est ce que sa maman lui dit sans que lui ne comprenne vraiment le sens de tous ces mots.
    Sa soeur était morte à cause d'une épidémie, il apprendrait cela plus tard, quand il serait plus vieux et entouré d'une vieille femme qui le considérerait comme son propre petit fils.

    Ce fut l'année qui suivit ce drame que Dinrëth et sa mère entreprirent un petit voyage vers un village qui était encore plus reculé que celui dans lequel ils étaient précédemment. Dans ce village, le jeune garçon de quatre ans était de plus en plus souvent confié à une vieille femme avec qui sa mère s'entendait bien. Qui était-elle et pourquoi restait-il avec elle parfois plusieurs jours de suite, il ne savait pas, mais ce dont il était sûr c'est que sa mère n'allait pas bien, elle était de plus en plus maigre, elle se laissait dépérir. Il ne le savait pas encore en ces termes, mais au fond de lui, il avait compris qu'elle n'avait plus goût à la vie et qu'elle comptait bien l'abandonner dans l'espoir d'avoir une vie meilleure ailleurs, aux côtés de sa fille et de son défunt mari.
    Il arriva un jour où Dinrëth en ayant assez d'être chez cette vielle femme, même si elle était un peu comme sa grand-mère, il décida de sortir de chez elle et de partir à la recherche de sa mère. Il fit tout le village, toutes les tavernes, les commerces, mais personne n'avait vu sa mère, elle avait tout simplement disparu depuis une petite semaine. Il commençait à croire qu'elle était partie en l'oubliant, il alla jusqu'à faire le tour du cimetière pour la trouver mais rien. Épuisé, il se coucha contre le tronc d'un arbre et laissa toute sa tristesse l'envahir. Il pleura jusqu'à l'épuisement total et s'endormit à même le sol, roulé en boule essayant par la même d'échapper au froid. Il aurait bien fait demi-tour, mais il était perdu et ses petites jambes ne risquaient pas de le soutenir plus longtemps.
    Ce fut la vieille femme qui le retrouva peu de temps après. Elle l'avait suivi au loin pour éviter ce genre de problème là. Appelant un homme à l'aide, celui-ci porta le jeune enfant jusque dans la maison de la vieille femme et coucha le petit sur son lit. Elle vérifia qu'il était bien couché et endormi avant de sortir de chez elle et de trouver les habitants qui voyageaient le plus dans ce village. Il y en avait justement un qui devait aller dans le village où le père du petit était mort. Comment savait-elle le nom du village? Simple, la mère lui avait racontée toute son histoire quelques jours après être arrivée chez elle. L'homme partit deux jours plus tard et il ne devait rentrer que la semaine d'après si pas plus tard. En attendant, la vieille femme tenait le petit occupé, elle faisait en sorte de le distraire de ses pensées concernant sa mère.
    Ce fut exactement une semaine et demie plus tard que la nouvelle atteignit ses oreilles. La mère du petit avait été retrouvée morte sur la tombe de son amant. Elle en avait fait la déduction, car l'homme avait décrit la femme morte ainsi que le nom de la personne enterrée. C'était à la fois bien et triste en même temps. Bien pour le couple, ils resteraient ensemble et triste pour le petit qui avait vu sa soeur mourir et sa mère disparaitre. Elle mit en place une histoire qu'elle raconterait plus tard au jeune enfant, quand il serait en âge de tout comprendre et elle attendit la bonne année avant de lui dire, le regardant grandir et lui apprenant de plus en plus de choses sur le monde extérieur.

    Un jour, la vieille femme regarda Dinrëth dans les yeux après l'avoir assis dans un fauteuil et commença à lui raconter une histoire. Il n'y avait pas de titre à cette histoire, il n'avait aucune idée de ce dont elle allait lui parler, il savait juste qu'il devait l'écouter jusqu'au bout sans la couper.

    "Tu vois Dinrëth, il y a longtemps vivait une femme. La plus belle femme qui pouvait être vue en ce monde. Cette femme habitait dans une famille de nobles, elle aurait dû se marier avec quelqu'un de noble aussi, mais le destin en a décidé autrement. Il la fit rencontrer, un jour alors qu'elle se promenait avec sa gouvernante, un homme. Cet homme n'était pas de la même classe sociale puisqu'il était paysan, mais pour Alanëa qu'il soit paysan ou non ne la dérangeait aucunement, elle le trouvait séduisant et elle voulait le revoir à tout prix.
    Durant de longues journées, les deux amants se voyaient en secret, ils se parlaient, apprenaient à se découvrir et à s'aimer aussi. Denhir, le paysan, décida de fuir avec la jeune femme, car ses parents voulaient qu'elle épouse un autre homme, mais lui aimait cette femme et jamais il ne l'aurait laissé épouser un autre que lui. Les deux prirent le strict nécessaire et fuir leur ville, ils partirent loin, très loin des terres des parents de Alanëa.
    Une fois qu'ils furent assez loin, ils firent construire une maison pour eux deux et leur futurs enfants, car ils voulaient en avoir plusieurs. Ils vécurent ensemble un long moment sans pouvoir se marier, car cela était interdit. Ils eurent leur premier enfant, une petite fille. C'était un bonheur total pour eux, ils n'avaient jamais pu espérer avoir plus que ce qu'ils avaient en ce moment même. Mais la destinée bien que leur ayant permis d'atteindre un tel bonheur, avait une autre idée en tête. Alors qu'ils voyaient leur fille grandir, ses premiers mots et ses premiers pas, au loin les parents de la jeune femme avaient décidé d'envoyer des gardes pour récupérer leur fille qui devrait être punie et pour tuer le paysan qui avait osé leur prendre leur fille alors qu'il n'était pas noble.
    Quand les gardes trouvèrent le couple avec la petite fille, ils se ruèrent sur l'homme pour le tuer, sous les yeux de la jeune femme et de la petite fille. Sous le choc, Alanëa décida de fuir aussi vite et aussi loin qu'elle le pouvait. La femme réussit à fuir et s'installer dans un petit village. Elle mit un jeune garçon au monde et travailla toutes les nuits et tous les jours pour subvenir à leur besoin. Le travail de cette femme était dégradant, l'homme qui avait dit s'occuper d'elle avait finalement décidé de l'enfermer dans une chambre dans laquelle elle devrait faire plaisir à différents hommes qui payeraient pour cela. Je ne peux dire le terme employé pour ce travail, c'est quelque chose qu'aucune femme ne voudrait faire en toute connaissance de cause.
    Sa vie était devenue un enfer et quand elle pensa que cela ne pouvait devenir plus terrible encore, sa petite fille finit par périr à cause d'une épidémie. Ne pouvant plus tenir, elle revint au village où elle avait habité avec son amant avant de le voir mourir. Elle se fit loger chez une vieille dame à qui elle laissait son fils pour pouvoir rendre visite à son bien-aimé. Un jour, elle ne tint plus et décida tout simplement de mettre fin à ses jours sur la tombe de son bien-aimé, laissant son fils aux soins de la vieille femme qui le considérait comme son petit-fils. Elle ne voulait pas que celui-ci se sente abandonné, mais elle ne pouvait pas non plus continuer à vivre comme cela. Elle prit une décision très difficile et préféra veiller sur son fils aux côtés de son amour et de sa fille, plutôt que continuer à souffrir en ce bas monde.
    Le corps de la femme rejoignit celui de l'homme dans la tombe et ils vécurent heureux là où ils étaient."


    Dinrëth pleurait. Il avait bien compris que cela était l'histoire de sa maman. Il était triste pour elle, c'était une histoire si triste et si injuste, il ne comprenait pas pourquoi ils avaient été obligés de fuir. Après tout ils s'aimaient, cela aurait dû être assez pour les parents de la jeune femme, mais il savait aussi qu'il ne connaissait pas toutes les lois qui régissaient le monde, il ne pouvait comprendre pourquoi les parents de sa mère avaient agis ainsi. Il se promit cependant d'agir en conséquence à l'avenir et de vouloir un monde meilleur pour tous. Il ne savait pas s'il réussirait à changer quelque chose, mais tant qu'il pensait pouvoir le faire tout irait pour le mieux.

    Chapitre trois : Quand Dinrëth apprit que ses rêves pouvaient devenir réalité …

    A l'âge de quatre ans Dinrëth se retrouva sans famille. Ses parents étaient morts et sa grande sœur avait été terrassée par une terrible épidémie. Sans qu'il ne s'en rende compte, ses grand-parents étaient certainement encore vivants, enfin ceux du côté maternelle l'étaient encore pour les autres, il n'y avait aucun moyen de le savoir. Même si des deux côtés ils étaient vivants, il n'y avait aucun moyen pour lui d'aller les voir et de leur demander de l'aide. Pour les parents du paysans, ils avaient vu leur fils fuir avec une noble et ils n'avaient eu aucunes nouvelles de lui, comment auraient-ils pu croire qu'il soit vraiment leur petit-fils, puis de toute façon il n'avait jamais vu son père puisque celui-ci était mort, tué, avant sa naissance. De l'autre côté, il ne devait même pas compter comme une personne vivante.. leur fille avait fait une erreur impardonnable, s'enfuir avec un moins que rien et en plus avoir des enfants hors mariage, c'était inconcevable pour eux. Dinrëth ne méritait surement que de mourir pour ne pas leur gâcher leur existence. Enfin il ne fallait pas voir cela que sous cet angle, après tout il avait une grand-mère de substitution, la vieille femme qui l'avait recueilli sur demande de sa mère s'occupait de lui comme du petit-fils qu'elle n'avait jamais eu et elle lui donnait tout l'amour dont elle était capable.

    Il prit de l'âge petit à petit, continua son éducation aux côtés de sa 'grand-mère', il allait même tenir sa mère au courant des derniers événements, lui expliquant ce qu'il avait appris, ce qu'il faisait, pensait, ressentait, etc. il lui racontait les histoires qu'il avait droit d'avoir tous les soirs. Des histoires qui prenaient leurs racines dans ce monde réel, se basant sur des faits réels. Cela lui montrait comment le monde tournait, comment il était dirigé et par qui. Il apprenait ainsi tout ce qu'on pouvait ou qu'on ne pouvait pas faire devant les autres, ce qu'on devait penser et dire ou ne pas dire. Chaque petite chose était emmagasinée dans son petit cerveau sans qu'il ne s'en rende compte, il apprenait à détester le régime sous lequel ils étaient tous. Il aimait bien ces moments, même si c'était toujours triste, puis au moins cela lui montrait qu'il avait raison de penser comme il le faisait même si à son âge, on n'est pas toujours capable de savoir ce qu'on veut faire plus tard. Au fond de lui une flamme brulée doucement, grandissant au fil des années, une flamme qui montrait son envie de voir changer le monde, pour que celui-ci devienne meilleur, pour que les lois soient différentes et permettre à la vie d'être plus agréable pour les personnes n'étant pas nobles. Il ne voyait pas cela en ces termes, mais le tout était en train de germer petit à petit.

    En grandissant, de plus en plus de choses bizarres arrivèrent autour de lui. Il était souvent dehors, perdu dans ses pensées en regardant la nature, il lui arrivait, en passant à côté d'un petit feu, de le faire devenir plus gros ou de le faire s'éteindre, en fonction de ses envies du moment. Une petite quantité d'eau pouvait devenir de la glace et inversement. Il ne comprenait pas ce que c'était, ne savait pas de où ça sortait, mais la femme qui prenait soin de lui, décida de lui en parler un jour. Elle lui expliqua qu'il existait en ces contrées des êtres dotés de magie. Des humains, des elfes, peu importait la race de la personne, tout type de personne avec une certaine concentration et une très grande volonté en plus d'un petit don inné, pouvait faire en sorte d'utiliser ce que la nature lui offrait afin de créer des choses qui ne devraient pas exister en temps normal. Elle lui expliqua aussi qu'à l'âge de onze ans, il devrait partir de chez elle et la quitter afin de suivre son propre chemin parmi les magiciens. Elle lui garderait toujours une place chez elle, mais elle espérait qu'il réussisse à faire ce qu'il devait et donner ainsi naissance à ses rêves.

    Chapitre quatre : L'apprentissage et ses inconvénients ...


    A onze ans, il dut faire ses valises, enfin prendre le peu d'affaires qu'il possédait et partir de son petit village de Merilÿn. Il devait partir pour l'école de Magiciens, ayant ainsi devant lui une longue route vers de nouvelles aventures, de nouveaux problèmes et peut-être la réalisation un jour de ses rêves les plus secrets. Il s'engagea dans cette école, après de longues journées de route à pied, car il ne possédait pas l'argent pour emprunter un cheval ou pour demander à quelqu'un de la conduire jusque là-bas. C'était son premier test en quelque sorte, atteindre l'école à temps et en évitant de se perdre au milieu d'une nature qui pouvait à la fois être bienveillante, mais aussi hostile, peu importait le fait qu'il sache contrôler un minimum ces forces.

    Une fois sur place, une tout autre vie commença pour lui, des entraînements à la magie et au combat, des cours théoriques, plus barbant les uns que les autres, mais toujours utiles pour comprendre les petits détails pouvant tout faire rater. Il passait ses journées et ses nuits là-bas, apprenant encore et toujours, ne faisant que lire et y trouvant un certain plaisir. Ses rêves prirent plus d'ampleur, le forçant à devenir toujours plus vif, toujours sage et surtout toujours plus doué (ou fort selon les personnes). Il aimait bien cette école et dehors des élèves qui étaient avec lui. Étant majeur de promo, premier de la classe, celui que les professeurs 'préféraient' car il était le plus assidu, il se retrouva rapidement avec de petits groupes de jeune contre lui, le traitant de chouchou principalement, mais cela pouvait se transformer en insultes beaucoup plus virulentes. Enfin, il fit avec et souffrit en silence, il ne pouvait pas agir contre le règlement et décider de se battre sur un coup de tête, il fallait qu'il trouve un moyen plus judicieux et plus intelligent pour faire en sorte qu'ils ne s'approchent plus de lui, à un à deux ou plus encore. Il se devait de trouver les points faibles de ses 'adversaires' pour que ceux-ci ne viennent plus le voir pour le reste de leur scolarité ensemble.

    C'est ce qu'il fit. Il les observa tous les jours, remarqua les points forts et faibles de chacun, se basant surtout sur les cours en eux-même et non pas la vie en dehors de ceux-ci. Il attendit le moment propice et quand il fit son apparition, Dinrëth décida de les battre à plate couture. Ils étaient tous en cours et dans chaque spécialité différente, il se mit face à celui qui avait son point le plus faible et lui montra qu'il ne valait pas grand-chose face à lui. Il fit cela pour chacun des petits rigolos de sa promotion, n'aimant pas particulièrement se vanter face aux autres, mais leur montrant qu'il savait quelque chose de plus qu'eux et quand cas de problème, il pourrait avoir un coup d'avance. Bien entendu, il ne voulait pas arriver au passage critique où ils devraient se battre. Dès le début d'année, il avait compris que quand ils étaient plusieurs contre lui, il ne lui servait à rien d'avoir recours à la magie, pas au niveau où ils étaient en tout cas, peut-être des années plus tard, mais pas au début de leur apprentissage. Il l'avait appris à ses dépends d'ailleurs, se faisant passer à tabac par le même groupe de jeunes et futurs magiciens, si magiciens ils pouvaient devenir. Cela lui laissa quelques petites cicatrices, cicatrices qui pouvaient être confondues avec les quelques-unes qu'il récoltait lors d'entrainement bien plus intensif avec de la magie seulement. Les forces de la nature sont brutes et même si nous pouvons les contrôler, elles en font toujours qu'à leur tête à moins d'être un magicien hors pair, c'est pour cela que se faire attaquer par de la magie ne résulte bien souvent qu'à quelques cicatrices de plus sur le corps.

    Il passa de longues années à travailler dur et réussit à la fin à passer l'examen faisant de lui un magicien. Pas n'importe quel magicien puisque comme pendant le reste de ses études, il figura être le meilleur magicien de son année. Mais meilleur en cours ne veut rien dire dans le fond, il avait un meilleur niveau que les autres sur les sujets qu'ils pouvaient voir en cours, mais il était certain que d'autre avait un niveau plus élevé sur des spécificités qu'il n'avait jamais vu et dont il n'avait même jamais entendu parlé s'il ne l'avait pas lu dans les livres qui l'avaient suivi tout au long de son apprentissage. C'était un plus d'être magicien, d'être reconnu comme quelqu'un avec une certaine importance. Surtout qu'il était sûr de trouver un emploi, pas n'importe quel emploie, mais quelque chose d'honorable pour sa cause. Il savait de source sûre qu'il ne travaillerait jamais pour Nogardh, c'était une chose qu'il ne pourrait faire, impensable, inimaginable, il préférait mettre fin à ses jours de la plus honteuse des façons plutôt que de devoir servir un dictateur, puisqu'il ne trouvait pas d'autres mots, comme lui. Il n'avait rien contre sa race même, mais plus contre sa façon de gouverner, la manière dont il était venu au pouvoir et ce qu'il avait fait depuis qu'il l'avait gagné.

    Chapitre cinq : La vraie vie et la Dernière Bataille …


    Il avait fini par devenir Magicien, certes il était encore sous le règne de Nogardh et avec lui dans le coin, ses rêves ne risquaient pas un jour de voir la lumière du jour, mais une Grande Armée se mettait en place, les rebelles étaient de plus en plus nombreux, se préparant à se battre. C'est cela qui l'attira à lui-même devenir un rebelle, il allait se battre avec tout le monde pour la libération de leur monde, de leur pays, de leur patrie, mais pas seulement la leur, pour Dinrëth, il se battait pour les autres peuples aussi. Il se disait qu'une fois ce dictateur détrôné, il ne pourrait y avoir pire que lui et ils finiraient par gouter à un semblant de liberté, oui, c'est ce qu'il voulait, il n'avait pas lâché l'idée et ne la lâcherait pas, de faire un monde meilleur. Il mit donc ses aptitudes magiques à se battre avec tout le monde. Il vit des hommes tomber, il vit des personnes qu'il connaissait mourir, c'était horrible, comme seule une guerre pouvait l'être. Du sang, de la chair, des hommes, des femmes, des enfants aussi, il n'aurait su dire à qui appartenait ce morceau de bras ou de torse. Tous les êtres vivants se voyaient mélangés, les animaux et les humains. Pas moyen de faire une distinction précise. Mais cela sembla donner un peu plus de hargne aux rebelles qui se battirent encore plus contre Nogardh. Ce fut Bathanir, le propre fils de Nogardh qui finit par le tuer.

    Peu de temps après cette bataille, une nouvelle ère prit place, un nouveau Sage était demandé à la suite de la mort du précédent. Dinrëth eut le poste, pour la seule et bonne raison qu'il était sous l'aile du sage précédent et que celui-ci l'avait éduqué à le devenir. Pourquoi lui? Il ne savait pas, mais il était devenu Sage et il devait ainsi faire honneur à son nouveau poste.

    Chapitre six : Sage, une nouvelle vie encore plus chaotique.


    Nouveau poste, nouvelle vie, nouvelles responsabilités, voilà ce qui tournait en rond dans l'esprit de Dinrëth. Il avait de nouvelles responsabilités et il avait bien l'intention de faire avec, de faire du mieux qu'il le pourrait avec elles afin de rendre le monde plus acceptable pour tout le monde. Mais c'était plus facile à penser et à se dire qu'à faire. Surtout avec le temps qui tournait.
    Il avait pensé qu'il n'aurait plus trop de problèmes, pas après la mort de Nogardh en tout cas. Mais il semblait que dans la famille, la fille en avait après son frère Bathanir et de ce fait, elle avait l'intention de se venger. Qui dit vengeance dit combat, une chose que Dinrëth n'aurait jamais voulu revoir.

    La Grande Armée qui avait combattu jusqu'à la fin de la guerre précédente fut de nouveau sollicitée. Et Dinrëth se vit dans l'obligation de l'aider contre un ennemi commun, un ennemi qui pourrait certainement faire encore plus de dégâts que Nogardh. C'est ainsi qu'il décida de mener le groupe jusqu'à Unël-irth là où se déroula la Bataille Décisive. Il combattit aux côtés des autres, il les aida tous contre les elfes noirs, que pouvait-il faire d'autre? S'il souhaitait vraiment son nouveau monde, il fallait montrer aux elfes noirs qu'ils ne pourraient ainsi gagner aussi facilement. Le combat fut aussi éprouvant que le dernier qu'il avait vécu. Il maudissait cette satanée guerre, mais savait qu'il ne pouvait rien faire contre non plus. Pas pour l'instant en tout cas, pas tant qu'il subsisterait en ce monde des personnes voulant les pleins pouvoirs. Mais là était son travail de Sage, il devait faire en sorte de garder la paix entre les différents peuples et c'est ce qu'il décida de faire à la fin de cette bataille. Il ferait en sorte que plus jamais une guerre ne viendrait troubler la terre de Naïon.

    Je suis venue faire irruption dans votre histoire pour vous rappeler un détail qu'il ne faut pas oublier. Ce détail bien que n'apparaissant pas dans l'histoire de mon personnage se voit être primordial cependant. La fille de Nogardh, prénommé Kenwë fut tuée en 2777, par une sœur au cœur le plus sage, cette dénomination vient d'une des prophéties des terres de Naïon. Ce fut une jeune femme nommée Irëth qui prit le relais de la bataille. Elle se pensait fille de Kenwë ce fut pour cela qu'elle reprit l'armée des elfes noirs à la suite de sa 'mère'. Et ce fut par sa mort à elle en 2778 lors de la bataille Décisive que la guerre s'arrêta et que les elfes noirs s'enfuirent.

    La vie reprit ensuite son cours normale, aussi normale qu'elle pouvait l'être pour une personne telle que Dinrëth en tout cas. Celui-ci recueilli un prince à ses côtés. Eghän Lossëhelin d'Innchest, il avait reçu la visite de ce jeune homme voulant apprendre à être magicien. Dinrëth savait qu'il était beaucoup trop vieux pour devenir apprenti, mais il passa outre cela et accepta d'avoir le jeune prince à ses côtés afin de le former.
    Cependant, il prit de l'âge, se faisant de plus en plus vieux, il a plus de mal à se défendre correctement ce qui lui valut une belle cicatrice à la base du cou lors d'un attentat contre sa personne. Il sait qu'il prend de l'âge et faiblit, sa magie reste la même, mais son corps se fait plus vieux. Tout comme il sait que l'homme qui est à ses côtés manigance quelque chose, quelque chose qui ne lui plaira pas hélas. Mais cependant il le laisse faire...

    Pourquoi le laisse-t-il faire? Que peut-il bien attendre de cela? Toutes vos questions sont bonnes à poser, mais pourtant aucune ne trouvera de réponse, car Dinrëth garde cela bien précieusement au fond de lui-même.

    Famille :
    Que puis-je vous dire sur sa famille? C'est là une question qui me trotte dans la tête depuis bien longtemps. Si nous faisons référence à l'histoire de Dinrëth, vous aurez appris tout ce qu'il faut savoir sur cette dite famille. Mais bon puisqu'il fait vous le résumer et que je suppose que peu de personnes ont eu le courage de lire toute son histoire, voilà quelques lignes qui pourront vous renseigner. Tout d'abord, il vous faut retenir que Dinrëth est né sous le règne de Nogardh et que la vie n'était pas facile sous celui-ci.
    Sa mère est née dans une famille noble, toute petite déjà elle était destinée à se marier avec une autre famille de la même classe sociale, mais le destin n'en a pas décidé ainsi. Elle croisa un jeune homme de son âge à peu près, quelque peu plus vieux, mais pas de grand-chose, ce jeune homme était un simple paysan. Tout aurait bien pu se passer si seulement ces deux amoureux ne s'étaient pas revus à plusieurs reprises. Ce fut lors de l'annonce des fiançailles de la jeune femme qu'ils décidèrent de s'enfuir tous les deux vers une contrée lointaine.
    Ils eurent une petite fille, mais la malheureuse se retrouva bientôt seule avec sa mère, son père s'étant fait tuer par les gardes qui avaient été envoyés à leur recherche par les parents de la fille. La dite fille, devenue femme, s'enfuit avec sa petite fille. Elle s'installa et donna peu de temps après naissance à un petit garçon Dinrëth.
    Je vous passerai tous les détails du travail de la mère, elle fut tout simplement forcée à faire un travail ignoble qui était de donner du plaisir à ses clients. Je ne peux vous nommer le nom de cette profession, c'est quelque chose qui a du mal à passer mes lèvres surtout si de jeunes personnes viennent à lire ce passage, donc veuillez m'excuser de ma 'lâcheté' en quelque sorte.
    La petite fille finit par mourir d'une épidémie, la mère prit son fils et partit du village pour retourner dans celui qui avait vu la mort de son mari. Elle finit tout simplement par ne plus pouvoir vivre et se donna la mort sur la tombe de son amant, car le mariage était en ce temps interdit entre eux deux.
    Je peux vous donner une petite information en plus, le prénom de sa mère était Alanëa, son père lui se nommait Denhir.
    C'est ainsi que vous savez le plus important dans la famille Kheräm.


Vous
    Comment avez-vous connu le forum ?Via vos partenaires il me semble ^^
    Estimation de la présence sur le forum ?Tout va dépendre. Je ne suis pas trop active en dehors des rps. Je serai toujours là pour rp, mais il se peut que je ne vienne pas tous les jours non plus.
    Qu'est ce qui vous a attiré et à déterminer votre inscription sur ce forum ?Le contexte, le thème, le design, un peu tout.
    Autorisation ? Je ne vois pas pourquoi je refuserais, tant que je suis prévenue à l'avance ^^


Dernière édition par Dinrëth Kheräm le Sam 6 Nov - 13:43, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
♦ Chef des Guerrières ♦

avatar

Messages : 314
Age : 25

Personnage
Localisation actuelle: Eleinster
Royaume: Innchest
Equipement:

MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Dim 10 Oct - 14:42

Coucou !

Bon, je viens ici pour te souhaiter la bienvenue sur le forum, même si je l'avais fait il y a longtemps ! ^^ et aussi pour fêter le 1200ème message du forum XD

En ce qui concerne ta fiche, bonne chance et courage.
J'avais également oublié de te dire que comme Dinrëth est un personnage prédéfini, cette fiche risque de me servir pour sa description dans ma trilogie. Si cela ne te dérange pas bien sûr (un jour peut être tu verras ta fiche dans mon livre XD). Il en sera de même avec les autres personnages prédéfinis ^^

_________________
Elwana Idnilëssin, reine des Elfes d'Innchest

Devenue Reine, je ne reste pas moins une Elfe Guerrière ayant vaincu Kenwë la Contrôleuse de Gailla. Ne me sous-estimez pas ou vous le regretterez ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niaon.forumactif.com
♦ Chef des Guerrières ♦

avatar

Messages : 314
Age : 25

Personnage
Localisation actuelle: Eleinster
Royaume: Innchest
Equipement:

MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mar 2 Nov - 17:57

Bon excuse moi pour hier mais je n'étais pas chez moi la journée et je suis revenue trop épuisée pour pouvoir lire ta fiche hier soir.

J'ai donc lu ton histoire aujourd'hui et quelques petites choses me dérangent. Rien de bien trop grave tu n'auras pas à tout changer.
1) je ne comprends pas pourquoi un homme réagirait de la façon dont il l'a fait par rapport à Dinrëth (épisode des mains brûlées).
2) tu dis qu'il a vu sa mère morte mais ce n'est pas vrai car elle est repartie dans le village où était sa maison or ce n'était pas ce village là
3) à 3 ans de toute façon, il ne peut pas sortir tout seul et se diriger vers le cimetière.

C'est surtout le chapitre 2 qui est à revoir un peu. Avec une relecture attentive je suis sûre que tu comprendras et sauras changer les choses.
Et puis aussi les quelques petites fautes à corriger (je sais que tu as dit que tu les corrigerai mais je le dis quand même ^^)

_________________
Elwana Idnilëssin, reine des Elfes d'Innchest

Devenue Reine, je ne reste pas moins une Elfe Guerrière ayant vaincu Kenwë la Contrôleuse de Gailla. Ne me sous-estimez pas ou vous le regretterez ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niaon.forumactif.com
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mar 2 Nov - 20:08

Coucou,

1) Sur l'épisode des mains, j'ai dit dans l'histoire qu'on ne savait pourquoi il avait agis ainsi (un fou parmis tant d'autres. Sinon on peut voir l'explication dans le fait qu'il aime pas les gosses, peut-être que Dinrëth à force de pleurer l'a ennervé, ...) Enfin si il faut absolument trouver une explication et l'écrire, je le ferai.

2) C'est le point où je t'avais envoyé un mp pour te demander si cela était grave qu eje change un peu l'histoire que tu m'avais fait parvenir par mp. A la place de la faire venir dans un village pour déposer son fils et repartir, je les ai ammené directement dans le village de leur ancienne maison là où se situe le cimetière du mari et où il a été 'conçu' ^^' Si il doit y avoir changement, je me débrouillerai avec mon histoire pour effacer certains points et les changer en restant cohérente.

3) Je n'ai pas dit qu'il avait 3 ans. A 2 ans l'incident de la main, à 3 ans la mort de sa soeur, à 4 ans l'arrivée dans le village avec la vieille et ensuite j'ai mis
Citation :
Il arriva un jour où Dinrëth en ayant assez d'être chez cette vielle femme, même si elle était un peu comme sa grand-mère, décida de sortir de chez elle et de partir à la recherche de sa mère.
Cela ne lui donne pas d'âge mais bon on peut le voir pour 5 ans et quelque peut-être. A cet âge, il est facile de marcher dans un village et de finir dans le cimetière. Faudrait faire le test mais bon dans ma petite tête c'est possible xD

Enfin la correction orthographique suivra, je l'ai commencée doucement pour ne pas devoir tout corriger et me voir changer une partie de ma fiche car un évènement n'allait pas ^^'
Revenir en haut Aller en bas
♦ Chef des Guerrières ♦

avatar

Messages : 314
Age : 25

Personnage
Localisation actuelle: Eleinster
Royaume: Innchest
Equipement:

MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mar 2 Nov - 20:27

Je comprends pour les fautes ne t'inquiète pas Smile

Pour l'homme fou, c'était juste que ça fait un peu bizarre. Je ne te demande pas de changer car cela ne me dérange pas mais j'ai été étonnée en lisant cela, c'est tout ^^
Et j'avais compris que tu avais finalement changé cette partie (comme tu me l'as dit dans le MP). Mais finalement je préfèrerai que tu changes si cela ne dérange pas trop XD merci.

_________________
Elwana Idnilëssin, reine des Elfes d'Innchest

Devenue Reine, je ne reste pas moins une Elfe Guerrière ayant vaincu Kenwë la Contrôleuse de Gailla. Ne me sous-estimez pas ou vous le regretterez ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niaon.forumactif.com
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mar 2 Nov - 20:47

J'ai changé la partie de l'histoire.

Citation :
Il arriva un jour où Dinrëth en ayant assez d'être chez cette vielle femme, même si elle était un peu comme sa grand-mère, il décida de sortir de chez elle et de partir à la recherche de sa mère. Il fit tout le village, toutes les tavernes, les commerces, mais personne n'avait vu sa mère, elle avait tout simplement disparut depuis une petite semaine. Il commençait à croire qu'elle était partie en l'oubliant, il alla jusqu'à faire le tour du cimetière pour la trouver mais rien. Epuisé, il se coucha contre le tronc d'un arbre et laissa toute sa tristesse l'envahir. Il pleura jusqu'à l'épuisement total et s'endormit à même le sol, roulé en boule essayant par la même d'échapper au froid. Il aurait bien fait demi-tour mais il était perdu et ses petites jambes ne risquaient pas de le soutenir plus longtemps.
Ce fut la vieille femme qui le retrouva peu de temps après. Elle l'avait suivi au loin pour éviter ce genre de problème là. Appelant un homme à l'aide, celui-ci porta le jeune enfant jusque dans la maison de la vieille femme et coucha le petit sur son lit. Elle vérifia qu'il était bien couché et endormi avant de sortir de chez elle et de trouver les habitants qui voyageaient le plus dans ce village. Il y en avait justement un qui devait aller dans le village où le père du petit était mort. Comment savait-elle le nom du village? Simple, la mère lui avait racontée toute son histoire quelques jours après être arrivée chez elle. L'homme partit deux jours plus tard et il ne deviat rentrer que la semaine d'après si pas plus tard. En attendant, la vieille femme tenait le petit occupé, elle faisait en sorte de le distraire de ses pensées concernant sa mère.
Ce fut exactement une semaine et demi plus tard que la nouvelle atteignit ses oreilles. La mère du petit avait été retrouvée morte sur la tombe de son amant. Elle en avait fait la déduction car l'homme avait décrit la femme morte ainsi que le nom de la personne entérée. C'était à la fois bien et triste en même temps. Bien pour le couple, ils resteraient ensemble et triste pour le petit qui avait vu sa soeur mourir et sa mère disparaitre. Elle mit en place une histoire qu'elle raconterait plus tard au jeune enfant, quand il serait en âge de tout comprendre et elle attendit la bonne année avant de lui dire, le regardant grandir et lui apprenant de plus en plus de chose sur le monde extérieur.
Pour t'éviter de rechercher le passage ^^

Voila, dis moi ce que tu en penses et je passe aux fautes ce soir et demain ^^
Revenir en haut Aller en bas
♦ Chef des Guerrières ♦

avatar

Messages : 314
Age : 25

Personnage
Localisation actuelle: Eleinster
Royaume: Innchest
Equipement:

MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mer 3 Nov - 9:21

Tout est bon maintenant.

Je t'annonce que tu es validé !

Bon jeu parmi nous.

EDIT : par ailleurs, j'ai oublié de te dire que j'ai vraiment adoré ta fiche et que tu mérites d'avoir une petite récompense pour cela ! Je t'annonce donc que tu gagnes 200$ en plus Wink

_________________
Elwana Idnilëssin, reine des Elfes d'Innchest

Devenue Reine, je ne reste pas moins une Elfe Guerrière ayant vaincu Kenwë la Contrôleuse de Gailla. Ne me sous-estimez pas ou vous le regretterez ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niaon.forumactif.com
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   Mer 3 Nov - 9:46

Coucou,

Merci pour la validation (correction durant la semaine, je pense pouvoir le finir ce soir^^)

Trop gentille pour la récompense *saute sur Elwana pour lui faire un gros câlin*

Bisous et bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dinrëth Kheräm | Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dinrëth Kheräm | Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niaön, Terres de Légendes :: Les habitants de Nïaön :: Actes de naissance-
Sauter vers:  
♣ HAUT | BAS ♣
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit